Second impact


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Mademoiselle Aurélia * Lou Okitatsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


A. Lou Okitatsu



ϟ MESSAGES : 1
ϟ MACHINS : 5
ϟ DATE D'INSCRIPTION : 03/01/2014
ϟ ÂGE : 22
ϟ PSEUDO : Rose
ϟ AVATAR : Rin Kagamine - Vocaloids
ϟ ET ÇA C'EST MA TÊTE :
ϟ J'ÉCRIS EN : MediumVioletRed
ϟ CRÉDITS : Sweet-Apple
ϟ IDENTITÉ : Aurélia Lou Okitatsu
ϟ STATUT : Fille de Comte, Chercheuse en biochimie, Partenaire de Lenny




MessageSujet: Mademoiselle Aurélia * Lou Okitatsu Sam 4 Jan - 3:34




A. Lou Okitatsu


Moi c'est Aurélia Lou Okitatsu mais on me surnomme Blondinette, l'intello, etc... Je suis née le 14 Mai, donc j'ai 18 ans. Je suis Hétérosexuelle et Célibataire. Et, si jamais tu veux le savoir, je suis un androïde et plus particulièrement une Androïde Gouvernementale. J'exerce le métier de Chercheuse de biochimie.

puff: Rose
age: 18
code du règlement: Validé par Omni'
expérience RP: Correct chuis une ancienne du rp 8D
un avis sur le forum ? Génial
comment tu nous a connu ? Bueno question o:



Armes et Capacités


▬ Casque comme un chargeur. Quand elle l'a sur les oreilles, elle se sent immédiatement mieux et ça lui remplace le fait de manger et dormir.
▬ Yeux pouvant servir de lampe-torche, et même régler la luminosité, attention.
▬ Et également pouvant servir de microscope intégré, zoomé et dézommer à volonté.


Caractère


Lou. Ou Aurélia Okitatsu. Drôle de jeune fille, celle-là, faut bien l’avouer. Une de celle dont on ne sait pas vraiment réagir quand on est en face d’elle. A la fois comme tout le monde et un peu différente. Déjà, rien qu’à voir l’endroit où elle travaille, qui n’est pas vraiment là où on s’y attendrait : en laboratoire, affublée d’une blouse blanche, à chercher et innover. Dotée d’une imagination débordante, elle adore son boulot de chercheuse en biochimie. Même si, encore une fois, c’est pas le métier qu’on s’attendrait d’elle sachant qu’elle deviendrait comtesse à la mort de ses parents. Et alors ? Vu que notre demoiselle a une tendance surdouée et donc des manies un peu étranges, du genre citer des grands scientifiques ou entrer de grandes considérations. Néanmoins, elle évite de le faire devant un public qu’elle ne connait pas. Trop souvent elle a déjà été traitée d’intello. Le fait d’être perfectionniste avec des tendances maniaques n’arrange pas les choses.
Dotée d’un esprit très logique et d’une patience impressionnante, il en faut beaucoup pour l’étonner ou l’énerver. N’empêche, quand ça pète, ça pète. Et fort.

Néanmoins, elle a beaucoup plus tendance à être une petite fille modèle, du genre gentille et douce mais loin d’être naïve, et ayant plus de répartie qu’une poupée Barbie. Faut pas non plus se fier aux apparences, elle peut parfois avoir très fière d’elle-même, ce qui, au fond, est le cas, elle est souvent bien plus gamine qu’autre chose. Finalement, elle sait parfaitement faire la part des choses entre le sérieux et la futilité. Elle sait quand il faut l’être et quand il ne vaut mieux pas.

Extravertie ; grâce à son Jumeau, elle a beaucoup appris à utiliser ce terme qui lui était inconnu, auparavant, de l’humour. Il lui fallut beaucoup de patience pour apprendre le sens assez unique de rire de son Blondinet de Jumeau. Mais finalement, elle s’y est fait, et a même adopté depuis un comportement et un humour assez similaire et tout aussi décalé quand il le faut.

Dernier point, Lou sait ce qu’elle veut, le plus souvent sait comment y arriver et parviens et analyser les points faibles et forts de chacun. Ça lui est très utile, d’ailleurs. Elle est du genre sensible à ce qui l’entoure, autant physiquement que mentalement. Et d’ailleurs pas mal dans le genre rêveuse, perdue dans ses pensées en ayant aucune conscience de ce qui l’entoure. Ah oui, et si elle a parfois des manières un peu beaucoup nobles, faut pas s’étonner non plus. Sa famille a une très forte influence sur elle, surtout son frère Jumeau qu’elle adore plus que tout.


Histoire


La famille Okitatsu. Dans le quartier, elle est très réputée. Une famille aisée au titre de "Comte" ne passe généralement pas vraiment inaperçue, surtout quand les enfants ne sont pas vraiment comme tout le monde…

~ ~ ~

- Ce sont des jumeaux, Mme Okitatsu…

Cette dernière ne prit même pas la peine d’afficher la moindre émotion, se contentant de soupirer profondément. Sa grossesse lui pesait, il fallait bien l’avouer. Et en plus, elle devait mettre les bouchées doubles, avec deux bébés. Mais bon. Son mari et elle l’avait décidés, maintenant il fallait s’en tenir. Elle n’avait pas l’habitude de remettre en cause ses décisions, surtout après qu’elle eut autant bassiné son cher mari pour des enfants. Si elle avait su que cela lui prendrait autant d’énergie…

~ ~ ~


- Madame, Monsieur, je suis obligé de vous annoncer que votre fille est malade. Gravement malade.

Cette simple phrase d’un des prestigieux médecins bouleversa le destin d’une enfant, et le cœur de deux personnes. Mr Okitatsu serra la main de sa femme, sous le choc. Il dut s’asseoir sur le lit où elle reposait, malade et affaiblie. Les deux nouveaux parents n’arrivaient pas à se rendre compte de que cela représentait. Ils voulaient des enfants normaux, qui pourraient reprendre leur fortune. Ils avaient heureux quand la naissance s’était bien passé, malgré la souffrance de la mère. Ils n’auraient jamais pensé que le pire pouvait frapper. Et c’était arrivé. Le médecin continua, imperturbable.

- Elle vivra normalement jusqu’à ses 13 ans environ, si elle est bien traitée et qu’elle ne fait pas trop d’efforts, puis elle commencera à souffrir, et enfin elle s’éteindra. Ce genre de cancer ne pardonne pas, je suis désolé.

Ces mots résonnèrent dans la pièce comme un funeste destin. Comme pour ajouter à l’horreur de la situation, la cloche de l’église se mit à égrener ses coups, dix coups, comme pour frapper chaque année qui passerait jusqu’au jour tout serait fini.

~ ~ ~


Les jumeaux jouaient ensemble. Comme le font des enfants normaux, n’est ce pas ? Sauf que dans le cas de Lenny et Lou, c’était tout sauf quelque chose d’anodin. Du fait de leur famille plus que stricte, les jeux étaient pour leurs parents quelque chose de superficiel et totalement inutile. En plus, la petite fille était plus que fragile et tombait malade au moindre coup de vent, alors ils étaient constamment surveillés. Ce qui ne les empêchaient que rarement de s’enfuir tout les deux pour s’amuser ensemble, loin de la sévérité de leur famille…

~ ~ ~


- Donc, si de toutes parts s'étend un libre espace sans limites, si des germes innombrables multipliés à l'infini voltigent de mille façons et de toute éternité, est-il possible de croire que notre globe et notre firmament aient été seuls crées et qu'au-delà il n'y ait qu'oisiveté pour la multitude des atomes ?
- Lou, tu recommences… Laisse-nous, je t’en prie, nous avons fort à faire, et autre chose que d’écouter tes sottes élucubrations de surdouée.

Vous l’aurez compris, Lou est plus intelligente que la moyenne. En tout cas, a une capacité de raisonnement et de logique bien plus élevé que la moyenne. Depuis toute petite, elle citait les plus grands hommes du monde entier à toutes les sauces. Ce qui la fascinait surtout, c’était les étoiles, les planètes, les comètes, et tout ce qui se passait là-haut. Sa curiosité était sans bornes, et fort heureusement pour elle, ses parents avaient les moyens de lui offrir les meilleurs enseignements possibles et tous les livres qu’elle souhaitait. Ce qu’ils faisaient simplement pour qu’elle leur fiche la paix, et que les médecins leur avaient formellement conseillés d’accepter à toutes ses requêtes… Vu qu’elle n’avait pas tellement de temps à vivre. Ce qui ne l’empêchait pas d’essayer de s’amuser et de s’instruire autant qu’elle le pouvait.

~ ~ ~


Des murs beiges. Un lit doux, des édredons confortables. Un verre d’eau à ses côtés. Et une personne a son chevet. Lou ouvrit tout doucement les yeux, et ce simple geste lui causa une grande souffrance dans tout son corps. Elle gémit et son frère se pencha vers elle, l’air inquiet, en murmurant « Lou ? ». Cette dernière sourit avec le peu de forces qu’il lui restait.

- Eh bien, je t’ai connue plus sarcastique, mon petit Lenny.
- Lou, il ne faut pas plaisanter avec ces choses-là, tu sais…
- Lenny ! Oui je le sais mieux que toi. Je vais mourir et personne n’y pourra rien. Eh, ne t’inquiètes pas, grand frère, j’ai vécu douze belles années.
- Ce n’est pas suffisant…
- Peut-être, mais il n’y a plus le choix.

Plus le choix. Ces quelques mois, elle ne cessait de se répéter ces trois petits mots qui scellaient son destin. Elle s’y était préparée, depuis ces 10 ans, que cela arriverait, et pourtant, quand elle avait commencé à souffrir… Au fond d’elle, comme tout le monde, elle avait pensé que ce n’était que des paroles en l’air, que ça n’arriverait pas. Raté… Elle se rappelait parfaitement du premier jour. Le début de la fin…

Comme dans les mauvais films, c’était l’été, il faisait beau et chaud, et tout semblait aller parfaitement normalement. Les Jumeaux avaient décidés de faire un petit tour la nuit, pour observer les étoiles, car ce soir-là, ils devraient y avoir une éclipse ! Comme c’était un fait rare, ils avaient suppliés leurs parents bien stricts, qui avaient finalement acceptés. A condition qu’un des professeurs les accompagne. Un professeur qui était aussi garde du corps à ses heures perdues, ce qu’ils avaient soigneusement omis de préciser. Enfin bref, ce n’est pas un point très important. Comme ils arrivaient sur la petite plaine d’où ils avaient prévu d’observer le phénomène météorologique, Lou fut prise d’une soudaine crampe au ventre, d’une telle violence qu’elle se plia en deux. Comme cela lui passa vite, personne ne s’inquiéta outre mesure. Ce fut quand ça recommença une fois, deux fois, trois fois, toutes à une intervalle de temps d’une dizaine de minutes, et allant crescendo en terme de souffrance, que le professeur commença à se douter de quelque chose, au courant de la maladie de la petite demoiselle. En trois minutes, ils étaient de retour au manoir, Lenny portant sa jumelle secouée de spasmes dans ses bras. Finalement, elle perdit connaissance quand ses parents l’emmenèrent à l’hôpital le plus proche, complètement affolés mais s’efforçant de garder leur sang-froid. Les Jumeaux avaient alors douze ans. A partir de là, comme l’avait prédit les médecins, tout s’était dégradé. Et malgré les plus grands docteurs du monde que les parents payaient, elle déclinait de plus en plus rapidement. La fin était proche, et tout le monde le savait.

Vraiment tout le monde ?

Le gouvernement commença à s’intéresser à l’affaire, nul ne savait pourquoi. Un de leur membre leur rendit visite quand ils étaient tout les quatre dans la petite chambre d’hôpital.

- Madame, Monsieur, je suis enchanté de faire votre connaissance, dit-il dès qu’il entra dans la pièce. Il essayait de regarder les deux parents, mais ses yeux s’attardaient souvent sur Lou, blanche et faible. Il continua : Je suis un envoyé du Gouvernement. Je vais aller droit au but si vous le permettez. Vous n’êtes pas sans savoir que les androïdes font partis de nos vies, et que nous sommes capables de beaucoup de choses. Nous voudrions essayer quelque chose avec votre fille. Nous avons étudié son dossier, nous savons qu’elle est condamnée. Mais grâce à nous, il se pourrait qu’elle survive.

Le mot resta en l’air comme une promesse. Le silence dura longtemps, très longtemps. On entendit seulement, grâce au moniteur branché au cœur de Lou, que celui-ci battait plus vite. Elle avait les yeux fixés sur sa mère, qui elle-même regardait son mari. Celui-ci était ébahi, comme chacun dans la pièce. Etais-ce possible d’imaginer cela ? Que Lou puisse continuer sa vie sous la forme d’une androïde, plus résistante ?

- Bien sûr, en échange de nos… services, il faudra que votre fille mettent ses capacités à la solde du Gouvernement.

Tous les quatre se regardèrent une nouvelle fois. Et en un seul coup d’œil, tout fut décidé. Lou deviendrait un androïde. Si elle survivait aux implants.

~ ~ ~


- Ne t’inquiètes pas, Lou, tout va bien se passer…
- Nous verrons bien, Mère. Nous verrons bien.

Et ce fut les derniers mots de la demoiselle, avant qu’on ne la conduise en bloc opératoire.

~ ~ ~


Trois personnes attendant dans une petite pièce, remplis d’angoisse. Même les parents normalement gardant parfaitement leur sang-froid se rongeaient les ongles avec nervosité. On pouvait sentir la tension palpable. Puis, des pas s’approchèrent. Les deux parents et Lenny se levèrent et regardèrent la porte s’ouvrir sur une des infirmières. Elle leur sourit immédiatement et s’empressa de calmer leur crainte.

- Elle va bien. Elle est réveillée, veuillez me suivre s’il vous plait.

Tous les trois la suivirent dans le dédale de l’hôpital où ils s’étaient rendus si souvent, jusqu’à une autre petite chambre, où une frêle silhouette était allongée sur le lit, les yeux fermés. Il n’y avait aucun moniteur, aucun fil, aucune aiguille, simplement un casque sur les oreilles de Lou. Lenny fut le premier à se précipiter vers sa jumelle. Celle-ci ouvrit doucement les yeux tendis que tous se regroupaient autour d’elle. Un timide sourire fleurit sur ses lèvres.

- L’opération s’est bien passée… Ça a réussi, je vais m’en sortir…
- On… on en était sûrs…

Le soulagement qui suintait de leur voix démontrait le contraire, pourtant elle ne s’en offusqua pas. Elle savait qu’elle était fragile, et elle savait également qu’il y avait des chances pour qu’elle ne marche pas. Pourtant, ils avaient tenté le coup. Et ça avait porté leurs fruits. Désormais, Lou était une Androïde Gouvernementale.

~ ~ ~


Peu de temps après, son frère lui révéla son désir : celui de devenir Void. Quand elle lui en avait demandé la raison, il lui répondit que c’était tout simplement pour continuer à la protéger, et qu’il y arriverait bien mieux s’ils étaient égaux. L’opération se déroula superbement bien, au-delà des espérances de tous. Et quand son frère trouva le moyen, par la suite, avec son cerveau tordu et son habileté avec le métal, à trouvé le moyen de s’introduire dans le Gouvernement à leur insu grâce à ses chaussures pour le moins étrange, tout le monde en a profité. Lou qui se sentait moins seul dans cette immense bâtisse où elle était à présent obligée de travailler, Lenny qui pouvait faire ce qu’il lui plaisait et n’en faire qu’à sa tête, et le Gouvernement, qui profitait en même temps du talent de Lou et de Lenny…


Informations complémentaires


Je suis navrée de vous le dire, mais je ne fume point et boire, encore moins. Je réfléchis trop et je l'assume, je préfère ça au sport que je ne pratique pas. Etant noble, j'ai pris quelques cours de piano pour jouer en duo avec mon Jumeau qui lui, joue du violon. Je suis une bosseuse naturellement. Je suis plutôt Straciatella et j'adore mon frère Lenny. Je suis plus que passionnée par la recherche. Je n'ai pas de porte bonheur en revanche j'ai un secret...Je suis une surdouée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


S. Edward Onyx



ϟ RANG : Black Shooter
ϟ MESSAGES : 54
ϟ MACHINS : 50
ϟ DATE D'INSCRIPTION : 11/11/2013
ϟ ÂGE : 19
ϟ PSEUDO : T.T.S. McKingdom or Tchii/Toad/Cupcake o/
ϟ AVATAR : Suoh Mikoto ▬ K Project
ϟ ET ÇA C'EST MA TÊTE :
ϟ J'ÉCRIS EN : FireBrick
ϟ CRÉDITS : moi-même
ϟ CEYMAVIE : Rps - Libre [2/3]
Discord
Discussion

ϟ IDENTITÉ : Stark Edward ONYX
ϟ STATUT : Tireur d'élite




MessageSujet: Re: Mademoiselle Aurélia * Lou Okitatsu Sam 4 Jan - 3:49

Bon tu es validée ma chère =D
Rebienvenue parmi nous o/

_________________

Haha o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mademoiselle Aurélia * Lou Okitatsu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Aurélien SALMON à Limoges
» Reportage TV sur Aurélie Dupont
» Soutien à Aurélien...
» Coucou ! C'est Aurélie !!
» 39 IC... Mademoiselle Liâm nouvelles photos p3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Second impact :: Nous sommes virtuels :: Papiers d'identité :: Virtuels :: Androïdes gouvernementaux-