Second impact


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

I don't need your mercy because I have no regrets. ❞ (andrew) ✘

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



Invité
Invité






MessageSujet: I don't need your mercy because I have no regrets. ❞ (andrew) ✘ Sam 2 Nov - 9:52


P-S. Andrew C. Loxley Jr

« Tu sais, j'avais juste envie de détruire quelque chose de beau. »
Moi c'est Peter-Skyler Andrew Charles LOXLEY mais on me surnomme Andrew, Drew ou "le fils du Président" (et Junior éventuellement). Je suis né le 23 Janvier, donc j'ai 21 ans ans. Je suis hétérosexuel et amoureux, bien que ce soit plus compliqué que ça. Et, si jamais tu veux le savoir, je suis un être humain et plus particulièrement un employé du gouvernement. J'exerce le métier d'espion, et mannequin à mes heures perdues.

Je suis un personnage pré-défini et on me dit souvent que je ressemble aux créations originales de l'artiste kana(kwbr32).


We are the future

« Je détruirai ton monde pour construire le mien. »
Spontanément, Andrew a choisi les armes à feu au corps à corps. Il possède deux mitraillettes accrochées à sa ceinture, rendues plus compactes grâce à l'avancement de la technologie et ainsi plus maniables.


What’s in my head?

« Je vais te briser le cœur, parce que tu sais aussi bien que moi que c'est ce que je fais de mieux. »
Andrew n'est pas devenu le garçon modèle auquel il aspirait à devenir durant sa tendre enfance. Les événements de sa vie ont fait qu'il a en quelque sorte eu le droit de "choisir" son caractère, et c'est ce qu'il a fait en prenant le soin de faire en sorte de ressembler le moins possible à son père. Andrew au lieu de devenir un bon élève a arrêté d'étudier avant de passer ses examens, a commencé à sortir beaucoup trop souvent, à négliger ce qui était autrefois essentiel et s'est ainsi éloigné du chemin tracé par son grand-père. Ainsi, on connaît aujourd'hui Andrew Loxley pour sa vie de débauche, son corps de rêve et sa manie d'en faire toujours trop. Il fait la une des magasines à moitié nu, au grand damne de son père qui malgré sa haine envers son fils ne désire qu'une chose : que leur entreprise soit reprise par Andrew Jr plutôt que par un parfait inconnu. Le lien de parenté est donc la seule raison pour laquelle personne n'a coupé les vivres au beau brun, qui profite un maximum de son argent et sa notoriété.
Il abuse de son titre de "fils du Président" comme s'il avait s'agi d'un titre de noblesse. Les Loxley sauvent les apparences en s'affichant ensemble, souriants et plus proches que jamais. Andrew Jr sait à quel point les apparences sont importantes, il l'a lui-même appris à ses dépends et il va sans dire que ce comportement a fait de lui un personnage en grande partie matérialiste. C'est ce côté qui a developpé en lui cette aberrance pour tout ce qui n'est pas beau. Ainsi, il n'est pas rare de le voir briser des objets parce qu'ils ne lui plaisent pas. Après tout, Andrew est un personnage colérique et impulsif, et malgré une certaine capacité à masquer les émotions sur son visage, son corps lui est très expressif, quand il s'agit de colère.
Côté sentiment, éprouver de l'affection est difficile pour lui. Il est un enfant qui a grandi dans une haine constante entre les pères et leurs fils, ainsi il a une peur bleue de s'engager, par manque de confiance en soi. Ce qui est étonnant venant de l'un des meilleurs espions des services secrets, qui a tout pour lui et ne partage rien à personne. Mais cette peur de l'engagement fait de lui un adolescent qui redoute le passage à l'âge adulte, et qui ainsi fait du mal à son entourage sans forcément le savoir. Il ne voulait pas tomber amoureux, mais ça a été plus fort que lui, et il se fait violence au quotidien pour refouler ses sentiments, de peur de lui faire du mal. Mais il faut qu'il se rende à l'évidence, c'est ça qui est le plus douloureux. Alors il essaye d'oublier, et enchaîne les conquêtes sous les objectifs attentifs des tabloïds people qui attendent en bas de la maison.
Pour avoir fait l'armée, Andrew est bon espion. Sans le savoir, il a développé des capacités qui ont fait de lui l'un des meilleurs éléments des services secrets. Seulement, tout le monde – par pure jalousie – s'accorde à dire que son poste lui a été donné car il est le fils du Président. Aujourd'hui, seuls peu de gens connaissent la vérité, mais à vrai dire ça ne l'intéresse pas plus que ça.


Tell me a story…

« J'ai arrêté de miser sur le happy end. »
J'aimerais qu'on me dise à quoi ça sert de raconter les histoires. Peu importe dans quel sens on tourne un récit, il ne sera jamais le même. Ceux qui racontent ont tendance à enjoliver la réalité, ou l'enlaidir de temps à autres mais si vous réfléchissez bien, vous n'aurez jamais ce qui s'est réellement passé. Maintenant que vous êtes prévenus, asseyez vous et regardez-moi. J'ai envie que vous sachiez ce qu'il s'est passé ces vingt-et-une dernières années, que vous voyiez à quel point je peux être brisé derrière mes airs de Don Juan matérialiste. Mais votre pitié, vous pouvez la garder pour vous ; je n'en ai pas besoin, parce que je n'ai aucun regret.

Mon père était un simple étudiant en affaires – quoique plus riche que la normale – quand je suis né. Ma mère était malade quand elle m'a mis au monde, moi le bébé hurlant contre qui elle avait échangé sa vie. Il paraît qu'elle est morte en couche, et je sais que mon père ne me l'a jamais pardonné ; tout ça parce qu'elle n'avait pas perdue la vie de cette manière. Andrew Loxley – mon père – avait dix-sept ans quand sa petite amie lui a annoncé qu'elle était enceinte, et après une bataille acharnée contre sa famille était parvenu à garder son enfant. Désormais, tout le monde est persuadé que mon grand-père – autrefois à la tête des services secrets – a ordonné la mise à mort de ma mère, et la mienne accessoirement. Ils ne sont parvenus qu'à faire la moitié du travail, mais ça a suffi â mon père pour haïr le sien. Et moi aussi, au passage.
J'ai donc grandi avec un père qui voyait en moi l'être qui lui avait pris sa chère et tendre. Il m'a laissé dans les bras de mon grand-père, ce tyran pas fichu d'élever un enfant à la normale. Il avait dix-sept ans en même temps, personne ne peut demander un ado de dix-sept ans d'élever un enfant tout seul. C'est le genre de discours qu'on me sort aujourd'hui pour justifier l'absence de mon père, mais j'ai juste envie de dire que c'était son problème, et que c'était à lui d'assumer. Mon grand-père m'a appelé « Andrew » et je suis devenu « Junior » pour tout le monde. Le reste de mes prénoms a été choisi à la mort de mon grand-père quand Andrew Senior a eu le déclic et s'est rendu compte qu'il était peut-être temps de reprendre sa vie en main. Il avait 27 ans, et moi 10. J'avais perdu mon père et en avait récupéré un autre. Entre temps, papy Loxley avait réussi à me mettre dans la tête que Senior était un bon à rien à qui il ne fallait pas ressembler. J'ai donc suivi innocemment la dernière volonté de mon tuteur, et changé radicalement de caractère.

Autrefois, je jouais du piano, je faisais mes devoirs, j'étais bon élève et je ne causais de tort à personne. Au fil des années, je suis devenu plus extraverti, plus bavard et moins agréable. Vivre au milieu de gosses de riches fréquentant des écoles de luxe qui préparaient à gouverner le pays avait eu raison de ma petite enfance. Rencontrer Emmalynne a fait encore plus de dégâts, mais c'est un autre histoire. On disait de moi que j'étais devenu insolent, loin de l'image que Maximilian – feu mon grand-père – avait eu de moi durant son vivant. Il m'avait dit de ne pas ressembler à mon père, or ce dernier était devenu exactement ce qu'il aurait voulu de lui. Un homme dépourvu de compassion, d'une objectivité à toutes épreuves et parfaitement capable de reprendre les rênes de l'entreprise. Seulement Andrew Sr visait plus haut, mais à quinze ans, je ne me posais pas la question. Petit à petit, je me suis désinteressé de l'idée que mon grand-père avait tenté de me transmettre. Mon père était devenu la copie conforme du sien, et d'un certain côté, sa dernière volonté avait insufflé en moi l'once d'humanité qui me restait, quand bien même mon caractère n'était qu'un montage que j'avais moi-même créé de toutes pièces. C'est quand j'eus atteint mes quinze ans que les rapports entre moi et mon géniteur se gâtèrent. Tout le monde nous crut très différents l'un de l'autre, mais il fallait se rendre à l'évidence : malgré nos efforts pour éloigner nos caractères l'un de l'autre, nos ressemblances étaient trop fortes pour y renoncer. Cela ne nous empêcha pas de nous haïr mutuellement, lui pour ma présence et moi pour son absence. C'était aussi simple que cela.

Aussi arrêtais-je les études à mes dix-sept ans. C'est à cet âge-là que je m'étais rendu compte à quel point toute ma vie avait été manipulée par les hommes de ma propre famille. Ma personnalité avait été montée de sorte à ce qu'elle s'éloigne le plus possible de celle de mon père, et mon destin dessiné par mon grand-père. Il m'avait vu à la tête du gouvernement, et ce dès que mon père avait renoncé à ma garde. J'avais décidé de faire durer ma crise d'adolescence, et malgré tout m'était enfôlé dans les forces armées du gouvernement.
Oui, j'avais reçu un entraînement de militaire. Non, je n'étais pas devenu agent grâce à mon père, contrairement aux rumeurs qui courent. Mon service militaire m'avait permis d'acquérir des capacités mentales et physiques que je n'aurais jamais connues en restant sur mon pupitre à écouter des vieux personnages me raconter des histoires sur la bourse. L'armée m'apprit à me battre, à manier les armes à feu de bases, à me comporter en adulte lorsque la situation le demandait. Mon joli minois ne comptait pas à cette époque, et ce n'est que suite à un accident que je quittai les forces armées pour rejoindre les services secrets.
Lors d'une mission visant à évacuer un cente de recherches appartenant au gouvernement, j'avais été attaqué par des Stigmas qui m'avaient empoisonné à coup de griffes dans le dos. Encore aujourd'hui il me reste des marques, quasiment invisibles à vue d'œil mais très présentes au toucher. Je suis resté inconscient trois semaines, Emma' s'en était arraché les cheveux, et elle a bien été la seule. Cela m'a fait constater à quel point j'avais besoin de notoriété si je voulais un jour compter plus que mon père.

Suite à cet accident, j'ai préféré me ranger dans une agence de mannequinnat – par les conseils de ma meilleure amie. C'est ça qui m'a fait repérer en premier temps, et j'ai pu constater à partir de ce moment que mon joli minois et mon corps de rêve suffisaient à me faire connaître. Très rapidement, je me suis fait un nom dans le domaine de la mode, et j'ai ensuite calmé le jeu quand mon père est devenu ministre. C'est cet événement qui m'a conduit à rejoindre les services secrets. On m'a d'abord fait travailler seul, puis en constatant que mes capacités étaient au-delà de leurs espérances, ils ont décidé de m'attribuer en androïde en guise de partenaire. Puis je suis tombé amoureux, et alors ce fut le cataclysme dans ma tête. Tiraillé entre le travail, Alice et ce sentiment dévorant à son égard.


Behind the screen

« Cookie dance ! »
Hello dude, moa c'est MISS AMAZING. mais on a l'habitude de m'appeler Dieu Kao' parce que c'est frais comme blaze. ♥ Je suis née le 23 Janvier 1997 (cette date c'est LA VIE) et j'suis back pour jouer les BG propriété privée d'Alice. 8D Le code est Validé par le Rouquin et voilà, LOVE YA.


Dernière édition par P-S. Andrew C. Loxley Jr le Lun 30 Déc - 22:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité






MessageSujet: Re: I don't need your mercy because I have no regrets. ❞ (andrew) ✘ Dim 15 Déc - 2:43

Piou piou, je viens aux nouvelles ~
Alice a très envie de te sauter dessus u__u
Revenir en haut Aller en bas



Invité
Invité






MessageSujet: Re: I don't need your mercy because I have no regrets. ❞ (andrew) ✘ Mer 18 Déc - 3:34

Han la patronne. °°

Je la termine pendant les vacances si y'a pas de soucis, je suis overbooké en ce moment côté cours et c'est pas simple de trouver du temps pour écrire. ><
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Omniscience



ϟ RANG : Maître de l'Univers
ϟ MESSAGES : 52
ϟ MACHINS : 34
ϟ DATE D'INSCRIPTION : 30/10/2013
ϟ ÂGE : 22
ϟ PSEUDO : Omni'
ϟ AVATAR : Ca varie
ϟ CRÉDITS : T.T.S. McKingdom
ϟ AUTRES COMPTES : Tout le staff
ϟ CEYMAVIE : Contexte ϟ Règlement ϟ Groupes
ϟ IDENTITÉ : Omniscience, l'immortel è_é




MessageSujet: Re: I don't need your mercy because I have no regrets. ❞ (andrew) ✘ Mer 18 Déc - 5:53

Pas de soucis, c'était juste pour savoir x)
Courage pour tes cours :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://second-impact.forumgratuit.be

avatar


S. Edward Onyx



ϟ RANG : Black Shooter
ϟ MESSAGES : 54
ϟ MACHINS : 50
ϟ DATE D'INSCRIPTION : 11/11/2013
ϟ ÂGE : 19
ϟ PSEUDO : T.T.S. McKingdom or Tchii/Toad/Cupcake o/
ϟ AVATAR : Suoh Mikoto ▬ K Project
ϟ ET ÇA C'EST MA TÊTE :
ϟ J'ÉCRIS EN : FireBrick
ϟ CRÉDITS : moi-même
ϟ CEYMAVIE : Rps - Libre [2/3]
Discord
Discussion

ϟ IDENTITÉ : Stark Edward ONYX
ϟ STATUT : Tireur d'élite




MessageSujet: Re: I don't need your mercy because I have no regrets. ❞ (andrew) ✘ Lun 30 Déc - 23:02

Enfin t'as fini ta fiche mon meilleur pote o/
Bon vu que je passais par là, j'ai lu, j'ai validé et je te valide aussi puisque tout est bon =D
Bienvenue parmi nous et amuses-toi o/

_________________

Haha o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: I don't need your mercy because I have no regrets. ❞ (andrew) ✘

Revenir en haut Aller en bas

I don't need your mercy because I have no regrets. ❞ (andrew) ✘

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» WWE No Mercy du 09/10/2016
» WWE No Mercy du 24/09/2017
» [JO 2008] Baseball
» WWE No Mercy du 09/10/2016
» jeunes pousses CABBG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Second impact :: Nous sommes virtuels :: Papiers d'identité :: Dévirtualisés-